Le collectionneur Fritz Mayer van den Bergh (1858-1901) était passionné par l’art et comme tout visionnaire, il était en avance sur son temps. Il avait un flair pour les œuvres qui ne suscitaient pas d’intérêt à l’époque et jouissent aujourd’hui d’une appréciation universelle. Son intérêt se portait surtout sur l’art des Pays-Bas de la fin du Moyen-Âge et de la Renaissance (du XIVe au XVIe siècle), avec une prédilection pour Bruegel.

 

Art pictural

Dans la vaste collection de peintures, on découvre des panneaux et des toiles impressionnants et intimes du XIIIe au XVIIIe siècle, avec des œuvres de Primitifs flamands et de maîtres de divers pays européens. La plus célèbre est incontestablement Margot la Folle (Dulle Griet) de Pieter Bruegel l’ancien, de 1561. Fritz Mayer van den Bergh l’a repéré dans une vente publique à Cologne, où personne ne paraissait intéressé par le paysage fantomatique. Il a acheté le panneau pour une bouchée de pain et a pu l’identifier quelques jours plus tard.

 

Sculpture

La collection étendue de sculptures couvre une période allant du XIIe au XVIIIe siècle. Le groupe grandeur nature du Christ et saint Jean du Maître Heinrich de Constance (vers 1280-1290) est un véritable joyau. Il s’agit de l’une des plus anciennes et plus impressionnantes représentations médiévales d’un thème mystique. Par ailleurs, la collection comporte des retables remarquables, de magnifiques pièces en albâtre et en ivoire, des bois sculptés, etc.

 

Dessins, gravures et arts décoratifs

Outre les dessins et les gravures (du XVIe au XIXe siècle), le musée possède une riche collection d’arts décoratifs : orfèvrerie, tapisseries, dentelles, poteries, porcelaine, pièces de monnaie et médailles, sculptures antiques, manuscrits enluminés. Une pièce unique est le Bréviaire Mayer van den Bergh (Gand et Bruges, vers 1500), une perle de l’art de la miniature des Pays-Bas méridionaux, un chef-d’œuvre luxueux et richement ornementé, qui a peut-être été réalisé pour la reine du Portugal.

 

Un musée intime avec une atmosphère

Fritz Mayer van den Bergh est mort prématurément. Après son décès, sa mère, Henriette Mayer van den Bergh (1838-1920) a fait construire le musée actuel de style néo-gothique pour y abriter les collections. La maison patricienne, le rêve de son fils, rappelle le siècle d’or anversois. D’innombrables peintures, sculptures, tapisseries, dessins, vitraux, etc. ont trouvé dans cet édifice un lieu d’accueil définitif dans un style harmonieux qui ressuscite l’époque du collectionneur.